Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 05:57
Une fois installés, nous décidons d'aller à pied vers le Vieux Port, le plan de Marseille, gracieusement donné par la directrice de l'hôtel, nous semblant indiquer une courte distance.

Une fois installés, nous décidons d'aller à pied vers le Vieux Port, le plan de Marseille, gracieusement donné par la directrice de l'hôtel, nous semblant indiquer une courte distance.

Nous empruntons la corniche sous un soleil radieux, passons devant la plage des Catalans passablement animée en ce mardi après-midi,
Nous empruntons la corniche sous un soleil radieux, passons devant la plage des Catalans passablement animée en ce mardi après-midi,

Nous empruntons la corniche sous un soleil radieux, passons devant la plage des Catalans passablement animée en ce mardi après-midi,

apercevons le Fort Saint-Jean, de l'autre côté du port, Notre Dame de la Garde, sur notre droite et constatons que le Vieux Port est devenu un immense port de plaisance.
apercevons le Fort Saint-Jean, de l'autre côté du port, Notre Dame de la Garde, sur notre droite et constatons que le Vieux Port est devenu un immense port de plaisance.
apercevons le Fort Saint-Jean, de l'autre côté du port, Notre Dame de la Garde, sur notre droite et constatons que le Vieux Port est devenu un immense port de plaisance.

apercevons le Fort Saint-Jean, de l'autre côté du port, Notre Dame de la Garde, sur notre droite et constatons que le Vieux Port est devenu un immense port de plaisance.

Nous arrivons au fond du Vieux Port, ou vient d'être installé une sorte de préau, fort agréable pour l'ombre qu'il dispense et dont le plafond est un grand miroir.
Nous arrivons au fond du Vieux Port, ou vient d'être installé une sorte de préau, fort agréable pour l'ombre qu'il dispense et dont le plafond est un grand miroir.

Nous arrivons au fond du Vieux Port, ou vient d'être installé une sorte de préau, fort agréable pour l'ombre qu'il dispense et dont le plafond est un grand miroir.

Le début de la fameuse Canebière, l'axe commercial majeur de la métropole méridionale.

Le début de la fameuse Canebière, l'axe commercial majeur de la métropole méridionale.

Puis nous passons de l'autre côté du Vieux Port, le plus intéressant avec l'Hôtel de Ville, dont les abords sont embellis par des oeuvres d'art, capitale européenne oblige. Nous flashons sur les pots mais sommes bien obligés de reconnaître qu'ils sont un peu grands pour notre modeste jardin.
Puis nous passons de l'autre côté du Vieux Port, le plus intéressant avec l'Hôtel de Ville, dont les abords sont embellis par des oeuvres d'art, capitale européenne oblige. Nous flashons sur les pots mais sommes bien obligés de reconnaître qu'ils sont un peu grands pour notre modeste jardin.
Puis nous passons de l'autre côté du Vieux Port, le plus intéressant avec l'Hôtel de Ville, dont les abords sont embellis par des oeuvres d'art, capitale européenne oblige. Nous flashons sur les pots mais sommes bien obligés de reconnaître qu'ils sont un peu grands pour notre modeste jardin.
Puis nous passons de l'autre côté du Vieux Port, le plus intéressant avec l'Hôtel de Ville, dont les abords sont embellis par des oeuvres d'art, capitale européenne oblige. Nous flashons sur les pots mais sommes bien obligés de reconnaître qu'ils sont un peu grands pour notre modeste jardin.
Puis nous passons de l'autre côté du Vieux Port, le plus intéressant avec l'Hôtel de Ville, dont les abords sont embellis par des oeuvres d'art, capitale européenne oblige. Nous flashons sur les pots mais sommes bien obligés de reconnaître qu'ils sont un peu grands pour notre modeste jardin.
Puis nous passons de l'autre côté du Vieux Port, le plus intéressant avec l'Hôtel de Ville, dont les abords sont embellis par des oeuvres d'art, capitale européenne oblige. Nous flashons sur les pots mais sommes bien obligés de reconnaître qu'ils sont un peu grands pour notre modeste jardin.

Puis nous passons de l'autre côté du Vieux Port, le plus intéressant avec l'Hôtel de Ville, dont les abords sont embellis par des oeuvres d'art, capitale européenne oblige. Nous flashons sur les pots mais sommes bien obligés de reconnaître qu'ils sont un peu grands pour notre modeste jardin.

Derrière l'Hôtel de Ville, l'Hôtel-Dieu, magnifique bâtiment du XVIIème siècle, a été transformé en hôtel Intercontinental de luxe.

Derrière l'Hôtel de Ville, l'Hôtel-Dieu, magnifique bâtiment du XVIIème siècle, a été transformé en hôtel Intercontinental de luxe.

Puis nous parcourons les vieilles ruelles et les petites places du quartier du Panier, qui surplombe le Vieux Port, à l'ouest. C'est un quartier populaire d'immeubles en mauvais état que l'on commence à rénover.
Puis nous parcourons les vieilles ruelles et les petites places du quartier du Panier, qui surplombe le Vieux Port, à l'ouest. C'est un quartier populaire d'immeubles en mauvais état que l'on commence à rénover.
Puis nous parcourons les vieilles ruelles et les petites places du quartier du Panier, qui surplombe le Vieux Port, à l'ouest. C'est un quartier populaire d'immeubles en mauvais état que l'on commence à rénover.
Puis nous parcourons les vieilles ruelles et les petites places du quartier du Panier, qui surplombe le Vieux Port, à l'ouest. C'est un quartier populaire d'immeubles en mauvais état que l'on commence à rénover.

Puis nous parcourons les vieilles ruelles et les petites places du quartier du Panier, qui surplombe le Vieux Port, à l'ouest. C'est un quartier populaire d'immeubles en mauvais état que l'on commence à rénover.

Totalement fourbus d'avoir escaladé les escaliers du vieux Marseille, nous rentrons par le bus 83 qui relie fort opportunément le Vieux port à la corniche Kennedy et, après quelque repos, nous allons dans une petite crique charmante, à deux pas de l'hôtel, l'anse des Auffes, où nous trouvons un petit restaurant sympathique qui nous permet de dîner en contemplant le coucher de soleil.
Totalement fourbus d'avoir escaladé les escaliers du vieux Marseille, nous rentrons par le bus 83 qui relie fort opportunément le Vieux port à la corniche Kennedy et, après quelque repos, nous allons dans une petite crique charmante, à deux pas de l'hôtel, l'anse des Auffes, où nous trouvons un petit restaurant sympathique qui nous permet de dîner en contemplant le coucher de soleil.

Totalement fourbus d'avoir escaladé les escaliers du vieux Marseille, nous rentrons par le bus 83 qui relie fort opportunément le Vieux port à la corniche Kennedy et, après quelque repos, nous allons dans une petite crique charmante, à deux pas de l'hôtel, l'anse des Auffes, où nous trouvons un petit restaurant sympathique qui nous permet de dîner en contemplant le coucher de soleil.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Ainsi toujours poussé vers de nouveaux rivages
  • : Des voyages, réels et imaginaires. Les occupations d'un retraité breton.
  • Contact