Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 18:43

affiche-hopper.jpg

Le Grand Palais accueille jusqu'au 28 janvier une grande exposition sur l'artiste américain;  164 oeuvres, dont 55 tableaux, sont exposées dans des salles éclairées différemment, certaines très obscures et d'autres en pleine lumière, comme pour illustrer cet aspect majeur de l'artiste: l'utilisation des contrastes.

Aujourd'hui adulé, Hopper a mis très longtemps à percer et a dû exercer des activités annexes de publiciste pour survivre. Il a aussi eu une longue période de graveur qui est essentielle pour la suite de son oeuvre car elle annonce le mode de composition de ses tableaux.

160560_retro-expo-edward-hopper-grand-palais.jpg

hdHD-NIGHTHAWKS-1-154941_L.jpg

1127008_exposition-edward-hopper-ne-pas-reutiliser.jpg

Il y a chez Hopper une sensation d'oppression, de solitude, dont Hitchcock dit s'être inspiré. Même à deux ou à plusieurs, les personnages semblent seuls.

Edward-Hopper.jpg

Hopper-House-by-the-Rairoad.jpg

gass.jpg

Les maisons ou les paysages sont dépouillés, éclairés de façon contrastée et construits comme certains tableaux surréalistes.

76710_hopper.jpg

hopper.hotel-room.jpg

Hopper23.jpg

Et toujours les lumières contrastées, les couleurs si particulières et le sentiment de solitude.

Au total, l'exposition déclenche une impression de malaise, de froideur et peut-être aussi l'idée que je n'ai pas tout compris et que c'est probablement plus complexe qu'il n'y paraît.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Ainsi toujours poussé vers de nouveaux rivages
  • : Des voyages, réels et imaginaires. Les occupations d'un retraité breton.
  • Contact