Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 16:02

Un moment tombé dans un relatif oubli, le peintre bruxellois Bernard van Orley (vers 1488-1541) reprend sa place dans l'art flamand du XVIème siècle, celui d'un important peintre de cour. La cour de la régente, Marguerite d'Autriche, puis celle de Charles Quint.

faire défiler les images
faire défiler les images
faire défiler les images
faire défiler les images
faire défiler les images
faire défiler les images

faire défiler les images

A la tête d'un atelier comportant probablement de nombreux collaborateurs, van Orley répond à de nombreuses commandes religieuses et certains des polyptyques conservés sont exposés, montrant l'influence des graveurs allemands et de la Renaissance italienne.

faire défiler les images
faire défiler les images
faire défiler les images
faire défiler les images
faire défiler les images
faire défiler les images
faire défiler les images
faire défiler les images
faire défiler les images

faire défiler les images

Van Orley est aussi un spécialiste des arts d'apparat, tapisseries et vitraux (ces derniers peu présents ici). Quelques unes des superbes tapisseries réalisées pour Charles Quint sont exposées, dans un extraordinaire état de conservation. C'était l'art par excellence de la ville de Bruxelles.

Bernard van Orley au Palais des Arts de Bruxelles
Bernard van Orley au Palais des Arts de Bruxelles

Un autre aspect remarquable de l'atelier de Bernard van Orley est le portrait, parfois réalisé en séries, à des fins de propagande politique. Ainsi, les portraits de Marguerite d'Autriche ou de son neveu Charles Quint étaient-ils expédiés aux villes et aux grands de ce monde pour que le visage soit connu aux quatre coins de leur immense empire.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Ainsi toujours poussé vers de nouveaux rivages
  • : Des voyages, réels et imaginaires. Les occupations d'un retraité breton.
  • Contact